FAQ - Données et normes de produits

D'où proviennent les revêtements de sol laminés de Armstrong?

Armstrong se procure ses revêtements de sol chez des fournisseurs qui fabriquent le produit selon nos spécifications. Nos spécifications nécessitent un respect de toutes les exigences environnementales, de santé et de sécurité, y compris les émissions de formaldéhyde, du gouvernement fédéral des États-Unis et, s'il y a lieu, des agences de règlementation comme le California Air Resources Board. Les produits de nos fournisseurs sont testés dans des laboratoires indépendants certifiés et nous recevons les certifications de façon régulière. Nous acceptons seulement les produits qui sont conformes aux exigences de CARB. De plus, de façon annuelle, nous effectuons des tests d'émissions aléatoires au laboratoire Hardwood Products Veneer Asscociation (HPVA), en Virginie.

Armstrong existe depuis plus de 150 ans et nous avons toujours garanti la fabrication de nos produits et vendu des revêtements de sol avec intégrité. Nous faisons notre possible pour garantir que nos produits répondent aux besoins et souhaits des clients, tout en mettant la sécurité à l'avant-plan de tout ce que nous faisons.


Quelles spécifications américaines s'appliquent aux revêtements de sol résilients?

ASTM (la société américaine des tests et matériaux) a mis au point des normes consensuelles pour les matériaux de couverture des planchers résilients. Les membres du comité de l'ASTM comprennent, mais sans s'y limiter : des fabricants, des consultants, des représentants du gouvernement, des architectes, des utilisateurs finaux et des universitaires.

Par le passé, le gouvernement américain avait établi des normes écrites pour les revêtements de sol résilients, connues comme les normes fédérales. Celles-ci comprenaient la norme fédérale LF-475A, revêtement de sol : surface de vinyle avec endos, LF-1641, revêtement de sol : surface de vinyle translucide ou transparent avec endos, et SST-312B, revêtement de sol en carreaux : asphalte, caoutchouc, vinyle et vinyle composite. Le gouvernement fédéral progresse vers l'utilisation de normes consensuelles indépendantes (comme celles créées par l'ASTM). Ainsi, les normes fédérales mentionnées ci-haut ne sont plus révisées ou mises à jour. La National Technology Transfer and Advancement Act de 1995 stipule que « Les organismes et ministères fédéraux doivent utiliser des normes techniques, élaborées ou adoptées par des organismes d'élaboration de normes volontaires qui font consensus, en utilisant ces normes techniques comme un moyen pour atteindre les objectifs stratégiques ou réaliser les activités définies par les organismes ou les ministères. » (Réf. : Loi publique 104-113, 7 mars 1996, Sec. 12. Conformité des normes; (d.) L'utilisation de normes consensuelles par les organismes fédéraux; Rapports; (1) dans Général.)


À l'extérieur des États-Unis, quelles normes les revêtements de sol de Armstrong Flooring respectent-ils?

À l'échelle mondiale, il existe plusieurs autres organismes de consensus qui élaborent des normes. Ceux-ci comprennent, mais sans s'y limiter : la Standards Association of Australia/New Zealand, la British Standards Institution, la Japanese Standards Association, le Comité européen de normalisation et le Deutsches Institute fur Normung. Armstrong teste ses matériaux de revêtements de sol commerciaux pour répondre aux normes des pays respectifs dans lesquels ces matériaux sont vendus. Veuillez consulter le représentant commercial ou le bureau des ventes Armstrong dans le pays en question pour obtenir des détails sur les spécifications applicables.


Qu'est-ce que le coefficient de friction?

Le coefficient de friction est une unité de mesure courante utilisée pour définir la qualité antidérapante d'une surface. Le coefficient de friction de deux surfaces et le ratio des forces horizontales (ou latérales) et verticales (ou normales) nécessaires pour déplacer une surface au-dessus d'une autre par rapport à la force totale qui presse les deux surfaces ensemble.

Le dispositif le plus courant pour évaluer les matériaux de surface est la James Machine (mentionnée dans ASTM D 2047), utilisée pour mesurer les surfaces enduites de cire. C'est une méthode de test populaire, mais qui ne peut être déplacée pour les tests sur place. La reproductibilité de l'instrument le rend valide pour les tests sur surfaces sèches, lisses et enduites de cire seulement. La James Machine est connue comme un dispositif à temps différé, puisqu'après qu'un poids soit appliqué sur un support (habituellement un capteur en cuir) et placé sur un échantillon de revêtement de sol, l'échantillon et le capteur sont déplacés à l'horizontale jusqu'à ce que le capteur dérape sur l'échantillon. Plusieurs nouveaux dispositifs d'essais en cours de développement appliquent le poids et l'angle de dérapage en même temps. Pour cette raison, ces plus récents types de dispositifs sont connus comme des dispositifs d'essais simultanés.


Comment les planchers résilients influent-ils sur la transmission du son? Bulletin technique sur l'acoustique de Armstrong

Les spécifications sur la transmission des bruits d'impact pour les planchers et plafonds sont généralement rédigées sous la forme d'indice d’isolement aux bruits d’impact (IIC), ASTM E 492, qui mesure la transmission des bruits d'impact par les planchers et plafonds à l'aide d'une machine à impacts. Armstrong croit que les mérites relatifs des systèmes de planchers et de plafonds ne sont pas toujours bien représentés par les évaluations de l'IIC.

Les produits de revêtements de sol résilients n'atténueront pas les bruits réverbérants provenant de sources comme les machines à écrire, les téléphones et les conversations. Les revêtements de sol résilients, ainsi que les autres matériaux de revêtement, ont peu d'effet sur la transmission aérienne du son entre les pièces adjacentes. Ainsi, les matériaux de revêtements de sol ne réduisent pas de façon importante l'indice de transmission du son (ITS), qui est une mesure de la perte des transmissions aérienne du son du plancher et du plafond ou des cloisons.


Quel revêtement de sol résilient est approprié pour une salle de classe?

La norme fédérale 209E s'applique aux salles de classe. Les classes de propreté pour les salles stériles sont basées uniquement sur les particules par pied cube d'air. Les classes, de la plus propre à la moins propre, sont : Classe 1, Classe 10, Classe 100, Classe 1000, Classe 10 000, Classe 100 000.

Les finis de surface intérieure spécifiques ne sont pas mentionnés dans la norme, seulement la quantité de particules dans l'air. Les niveaux de compte des particules dépendent du type et de la quantité du débit d'air. L'utilisation de systèmes à flux verticaux laminaires permet l'utilisation de la plupart des matériaux de revêtements de sol en vinyle. L'utilisation de systèmes à flux horizontaux laminaires limite l'utilisation de certains matériaux de revêtements de sol.

Armstrong recommande l'installation des feuilles ColorArt MEDINTECH, MEDINTECH Tandem et TRANSLATIONS avec des joints thermosoudés dans les salles blanches de classe 100 et moins. Dans les salles blanches de classe 1000 et plus, Armstrong recommande l'utilisation des feuilles de revêtements de sol suivantes : les feuilles ColorArt MEDINTECH, MEDINTECH Tandem, TRANSLATIONS ou les feuilles DecoArt Possibilites Petit avec joints thermosoudés.


Est-ce que Armstrong offre des programmes de formation continue?
Armstrong, de concert avec AIA, ASID, IIDA, et DIC du Canada, offre des programmes de une, deux ou trois heures pour obtenir les crédits enregistrés AIA/CES. Ces séminaires, intitulés « Prescrire le bon revêtement de sol résilient pour votre projet », peuvent être donnés par votre représentant commercial Armstrong Flooring Commercial.

Armstrong offre également des formations en installation de revêtements de sol aux États-Unis et au Canada. Communiquez avec votre distributeur local pour les connaître les calendriers.


Y a-t-il des exigences d'inflammabilité ou d'émission de fumée pour les planchers dans les bâtiments commerciaux?

Les revêtements de sol résilients sont habituellement exempts des exigences d'inflammabilité des codes modèles du bâtiment. Par contre, certains responsables du code du bâtiment, des organismes gouvernementaux et d'autres autorités réglementaires exigent les informations des tests de réaction au feu des revêtements de sol résilients. Le test d'inflammabilité le plus utilisé est basé sur le test des revêtements de sol par panneau radiant. Les éditions actuelles du Code du bâtiment normalisé B.O.C.A et le Code de sécurité NFPA 101 mentionnent le test du revêtement de sol par panneau radiant.

REMARQUE : Il est possible que l'indice d'inflammabilité numérique à lui seul ne puisse définir la performance des produits dans des conditions réelles d'incendie. Elles sont uniquement fournies pour guider le choix des produits qui doivent respecter certaines limites.


Qu'est-ce que l'essai en tunnel E 84 et comment s'applique-t-il aux revêtements de sol?
L'essai en tunnel E 84 n'est plus utilisé comme test d'inflammabilité des revêtements de sol depuis plusieurs années. Par contre, il demeure le test de propagation de la flamme en surface le plus utilisé pour les finis des murs et plafonds. Il n'a jamais été conçu pour tester les revêtements de sol et a été adopté pour les planchers en tant que méthode de test temporaire seulement. IL N'EXISTE AUCUNE CORRÉLATION ENTRE LES DONNÉES DU E-84 ET LES DONNÉES DES REVÊTEMENTS DE SOL À PANNEAU RADIANT, c.-à-d. qu'une classe A dans l'essai en tunnel E 84 ne signifie pas une cote de classe I dans l'ASTM E 648, et inversement.


Qu'est-ce que la méthode de test normalisée du flux de rayonnement critique des systèmes de revêtements de sol à l'aide d'une source d'énergie rayonnante, ASTM E 648 (test du revêtement de sol par panneau radiant)?

Dans ce test, un système de revêtement de sol monté à l'horizontale est exposé à une énergie rayonnante provenant d'un panneau radiant au gaz ou à l'air monté au-dessus d'une extrémité de l'échantillon et incliné à un angle de 30 degrés. Le panneau radiant génère une chaleur sur toute la longueur de l'échantillon. La flamme d'un brûleur au gaz est utilisée pour enflammer l'échantillon et la distance sur laquelle le système de revêtement de sol brûle jusqu'à l'extinction est convertie en watts par centimètre carré (watts/cm2). Cette valeur est nommée flux de rayonnement critique (FRC) et représente l'énergie rayonnante minimale nécessaire pour alimenter la propagation de la flamme lors du test. Un FRC de 0,45 watt/cm2 ou plus, évaluation de classe I, peut être demandé pour les matériaux de fini des planchers installés dans les corridors et les sorties de certains bâtiments, comme les établissements de soins de santé.


Qu'est-ce que la méthode de test normalisée de la densité optique spécifique de la fumée produite par des matériaux solides, ASTM E 662 (test d'obscurcissement par la fumée)?

L'obscurcissement par la fumée est mesuré dans la chambre de densité de la fumée. Dans cette chambre, un spécimen est exposé à une chaleur radiante (sans flamme) ou à une chaleur radiante combinée à une flamme (avec flamme). Le résultat est exprimé en tant que densité optique spécifique maximale, déterminée par la quantité et la densité de la fumée émise par le spécimen.


Comment les planchers résilients influencent-ils le bruit d'impact généré?

Les sons de la circulation et des objets échappés sont importants lorsqu'on considère les types de matériaux de revêtements de sol. L'amortissement de l'impact réduit la formation de sons aériens dans la pièce et le niveau de son qui peut être transmis dans les pièces adjacentes. Cela minimise également la transmission des bruits de structure produits par un impact dans l’ensemble du bâtiment. Dans les immeubles d’appartement, la transmission des bruits produits par un impact est une préoccupation prioritaire. En général, le revêtement de sol souple « capitule » sous l’impact des pas, d’objets échappés et des charges roulantes. La souplesse contribue à réduire le bruit du trafic. Comparativement à d’autres revêtements de sol durs (bois, marbre, céramique, béton, métal), les revêtements de sol souples produisent moins de bruits.